Un peu d’histoire …

 L’accordéon diatonique a été inventé en 1829 par Cyril DEMIAN en Autriche.

Oui, il a été très vite adopté par les cultures populaires, non sans mal quelques fois, mais le fait était là, il y a eu un engouement très fort pour cet instrument : des manufactures se sont ouvertes un peu partout en Europe, principalement en Italie, en Allemagne et en France.

Comment lui résister ? Son prix sans doute abordable, son apprentissage plutôt facile, sa nouvelle sonorité, le fait qu’il soit un petit orchestre à lui tout seul, son aisance de transport et sa solidité en ont fait un instrument qui a fait partie de tous les voyages, de toutes les vagues d’immigrations successives du 19 et début du 20ème siècle.

L’accordéon a voyagé et s’est transformé, est devenu mélodéon, bandonéon, concertina… il a évolué au fur et à mesure des besoins musicaux, il est devenu chromatique, cet instrument évolue encore aujourd’hui.

Afin de s’y retrouver, nous pouvons tout de suite dégager deux grandes familles d’accordéon : le système diatonique et le système chromatique.

Le diatonique est le petit accordéon. Si on appuie sur un bouton, il y aura une note différente selon que l’on tire ou que l’on pousse le soufflet. On devrait donc l’appeler accordéon bisonore, mais son nom usuel est diatonique, parce qu’a ses débuts, il permettait de jouer que la gamme diatonique. On le trouve dans différente tonalité, à 1, 2, 2 1/2, 3 rangs à droite et de 2 à 24 basses coté gauche. Il évolue tellement que certain l’on « chromatisé » peut on parler alors de chromatique bisonore …

Le chromatique est le gros accordéon. Si l’on pousse ou tire le soufflet en appuyant sur la même touche, la note sera identique. On aurait peut-être du l’appeler accordéon unisonore, mais il s’appelle chromatique, d’abord pour le différencier du diatonique, et ensuite parce qu’il permet de jouer la gamme chromatique grâce à un agencement particulier des notes sur le clavier.

Beaucoup de descendants viennent de ces deux familles qui ne finissent pas de s’agrandir.

On peut dire que chacune de ces deux familles se sont appropriées des genres musicaux spécifiques. Le diatonique est plutôt lié aux musiques traditionnelles , aux nouvelles tendances dites néo-trad,et le chromatique au musette , à la chanson, variétés, jazz, et musiques classiques … Encore faut-il être très prudent aujourd’hui : ces classifications ne sont plus aussi évidentes, d’une part par l’évolution technique des instruments, d’autre part par les musiciens qui le sortent de certains clichés.

Diatonique et chromatique sont devenus des instruments à part entières et utilisés dans des genres musicaux très divers.